Laponie finlandaise

Bonheur sur les pistes et charme des cabanes

Pendant une semaine, 14 passionnés de ski de fond partent à la conquête du réseau de pistes magnifiquement entretenues dans la blancheur sauvage du parc national de Pallas-Yllästunturi. Pendant la journée, ils glissent dans la sérénité des lieux jusqu'à la hutte suivante, le soir ils profitent de moments conviviaux avec des spécialités nordiques, un sauna et un feu ouvert. Une expérience finlandaise originale pour le corps et l'esprit.

Robert Wildi

Journaliste indépendant / rédacteur

Robert Wildi est un journaliste/rédacteur indépendant et un passionné de sports de plein air. À côté de la randonnée et du vélo en été, il aime faire du ski de fond en hiver. Il est au paradis quand il peut patiner à travers les forêts et les steppes de la Laponie finlandaise.

«Mon Dieu, il fait frais aujourd'hui!» Markus se frotte les épaules à travers la fine chemise thermo. Son souffle fait de la buée malgré la chaleur à l'intérieur de la hutte - un signe indiquant qu'il n'exagère pas du tout. Le quinquagénaire de Wollerau a osé sortir pour donner aux treize autres participants de notre groupe quelques premiers conseils sur le bon équipement pour la visite d'aujourd'hui. Nous sommes à Raattama, c'est le quatrième jour de notre semaine de ski de fond «De cabane en cabane». Déjà le matin à sept heures et demie, le soleil brille, le ciel est d'un bleu éclatant, le thermomètre sur le mur extérieur de la spacieuse cabane en bois indique moins 26 degrés. Rapidement, nous fouillons nos valises pour trouver une couche supplémentaire de vêtements.

«Le soleil brille déjà à sept heures et demie du matin»

Trois jours de ski de fond aventureux sont déjà derrière nous. Nous sommes partis du point de départ à Rauhala, à un peu moins d'une heure de route de l'aéroport de Kittilä. Notre première étape était d'environ 25 kilomètres jusqu'à Keimiö. La cabane sauvage, située directement au bord d'un des innombrables lacs gelés, a convaincu avec des chambres spacieuses de trois à quatre lits - et bien sûr un sauna finlandais original. De Keimiö, nous avons commencé le deuxième jour par une première «étape royale» avec l'ascension de la montagne Pallas, qui culmine à plus de 800 mètres au-dessus du niveau de la mer et qui est déjà une haute chaîne de montagnes pour les Lapons. De nombreux Finlandais passent leurs vacances de ski ici. Un grand hôtel, plusieurs remontées mécaniques et un enneigement garanti offrent un cadre idéal pour le ski alpin.

On n'entend que le bruit du souffle

Nous, par contre, nous sommes consacrons à l'expérience du ski nordique. Pallas s'élève au-dessus de la limite des arbres (qui se situe ici à un peu moins de 550 mètres) et, après l'encas de midi, nous vivons une véritable aventure à ski à travers les hautes terres arides. On a l'impression d'avancer dans un désert de neige, presque dans un paysage lunaire. Un silence inhabituel se répand, l'épaisse couche de neige avale le moindre bruit. Le silence n'est rompu que par les souffles parfois forts des collègues qui se dépensent. Vous pouvez également entendre le craquement des pointes de bâtons dans la neige sèche.

Dans notre groupe, il y a différentes forces au départ. Les skieurs à la technique classique sont divisés en «débutants» et «avancés» et sont dirigés par nos deux compagnons finlandais Joel et Johanna. Les guides flexibles adaptent toujours les parcours et les distances à la condition physique et à l'humeur des participants tout au long de la semaine. Ainsi, chacun en a pour son argent. Un groupe de trois patineurs bien entraînés est dirigé par Daniele. L'Italien de Bormio, robuste et en pleine forme, a réalisé ses dix mois d'études pour devenir un guide outdoor ici en Laponie il y a des années (encadré). Pour la septième fois, il passe les mois de février et mars en Laponie et accompagne des groupes de ski de fond lors de diverses excursions longues et difficiles dans les plaines du nord de la Finlande.

«Une dernière étape raide nous ramène en plaine.»

Retour à notre itinéraire: une dernière descente relativement raide - non sans problèmes sur les planches de ski étroites - nous ramène de Pallas aux plaines de Laponie (400 mètres au-dessus du niveau de la mer) et sur un terrain partiellement vallonné avec de petites montées récurrentes pour finalement arriver à Raattama. Nous avons parcouru environ 38 kilomètres aujourd'hui. Le troisième jour, les patineurs et Daniele ont encore parcouru 38 kilomètres et ont escaladé une autre montagne en larges pas de montée. Au sommet, nous rencontrons le groupe de Joel, qui avait déjà commencé plus tôt. Dans la cabane, nous faisons un feu et nous nous relayons autour du poêle en faïence qui chauffe de minute en minute et sèche nos gants, casquettes et vêtements fonctionnels.

Fête d'anniversaire spontanée

Parmi les moments forts d'une journée sur les pistes de ski de fond - accompagnée d'un soleil radieux les quatre premiers jours - on peut compter l'expérience de groupe. Au cours de la semaine se développe un agréable esprit de communauté. Tout le monde se sent visiblement bien dans ce groupe: que ce soit l'interniste Axel de Bavière avec sa femme Kristin, infirmière spécialisée; l'informaticien Markus et le directeur de banque Guido de la région du lac de Zurich, tous deux venus avec leurs épouses, ou l'éducateur social Reto de Lucerne qui a déjà été «finisher» à la course de Vasa qui compte plus de 90 kilomètres en Suède.

«Tout le monde se sent bien dans le groupe»

Markus, un conducteur de VTT, a reçu le voyage en Laponie comme cadeau de Noël de sa femme Maren et il est ravi : «Bien que je sois beaucoup moins expérimenté sur les planches que sur mon vélo, l'expérience directe de ce paysage fantastique restera dans mes meilleurs souvenirs. Le moment fort de la soirée a été la fête d'anniversaire spontanée de Kristin avec une "sérénade d'anniversaire», un gâteau et un cadeaux dans la cabane Raattama. Je suis sûr qu'elle n'oubliera pas de sitôt son 50e anniversaire.

Après trois jours de ski de fond avec un guide, notre programme comprend des visites individuelles à partir du mercredi. Daniele nous montre différentes options sur la carte pendant le repas du soir dans la cabane et nous donne des conseils pour des boucles supplémentaires ou des raccourcis. Nous prenons volontiers des notes, l'architecte Philippe, de notre trio de patineurs, crée une «fiche d'information», après tout nous voulons éviter de nous perdre dans la nature sauvage lapone. Le danger est faible car la signalisation à tous les carrefours et embranchements du gigantesque réseau de pistes de ski de fond du nord de la Finlande est exemplaire. La destination et le kilométrage sont toujours clairement indiqués. L'application locale www.infogis.fi indique même, d'une simple pression de doigt, à quel moment chaque section de la piste a été utilisée pour la dernière fois par une dameuse et donc fraîchement préparée. Nous repartons sous le soleil et profitons de la prochaine étape de 38 kilomètres, de Raattama à Pallas (en raison de la tempête et de la pente, nous devons parcourir une partie du trajet à pied) pour revenir à notre cabane préférée à Keimiö. Une fois de plus, nous méritons vraiment le sauna.

Un festin à volonté

Après que les groupes classiques, y compris les guides, ont choisi un itinéraire différent le mercredi et passé la nuit dans une petite cabane sauvage sans électricité, le grand rassemblement a lieu le jeudi soir à Keimiö. On raconte avec enthousiasme les expériences vécues à ski et en groupe et on savoure un «Dinner» riche en compagnie de Marc, le chef cuisinier de la cabane. La qualité de sa nourriture est excellente et chaque soir, le buffet est richement garni de viande rôtie, de poisson, de pâtes, de pommes de terre dans toutes leurs variantes, de salades et d'excellentes soupes. Heureusement, les talents culinaires de Marc sont également exportés de Keimiö à Raattama par Hannu, le chauffeur et chef de Felltrek, partenaire de longue date de Kontiki. «La bonne nourriture est importante», dit avec un sourire Joel de l'équipe des guides. «Selon la distance, vous pouvez brûler 5 000 calories par jour.» En fait, pendant cette semaine en Laponie, nous festoyons à volonté, remplissant deux assiettes à ras bord de porridge et de miel pour le petit-déjeuner, accompagné de pain de seigle finlandais avec du fromage et du poulet. Le soir, la plupart d'entre nous se sert une ou deux fois, en fonction du nombre de kilomètres et de la vitesse de course, dessert compris. Après l'effort, la dégustation d'une bière peut également faire plaisir. Et le corps peut refaire le plein d'énergie, tout comme après les quatre tablettes de chocolat par jour pour un apport énergétique express sur la piste de ski de fond. Cette semaine, nous pouvons et devons nous le permettre. «J'espère vous revoir!» C'est la phrase la plus entendue samedi. À intervalles variables, les skieurs de fond fatigués mais heureux sont ramenés à l'aéroport de Kittilä - des souvenirs inoubliables dans leurs bagages. Déjà, la même idée traverse tous les esprits: «je reviendrai».


«On découvre toujours de nouvelles choses»

Daniele Santelli, comment un Italien devient-il guide de randonnée et de ski de fond dans le nord de la Finlande?

Eh bien, quand j'étais un petit garçon du domaine de ski de Bormio, j'ai d'abord fait des courses de ski alpin. Comme je suis assez petit et léger, je n'ai pas réussi à percer dans ce domaine, mais je suis toujours resté très enthousiaste pour le sport et la nature. Les dix mois d'études pour devenir «guide outdoor» en Finlande sont connues internationalement et l'idée m'a séduite. Après avoir réalisé ce rêve et avoir été immédiatement sollicité pour un engagement à Felltrek, je n'ai pas eu à réfléchir longtemps. Depuis sept ans, je passe les mois de février et mars de la haute saison ici et j'accompagne des circuits.

Avez-vous dû vous habituer à la mentalité finlandaise?

Non, je me suis très vite senti à l'aise ici. Bormio est situé dans une région montagneuse - nous sommes également assez calmes et réservés comme les Finlandais.

Qu'est ce qui te plaît dans ton travail?

Tout! Le trouve les paysages, la flore et la faune fantastiques de la Laponie d'une beauté exceptionnelle. J'attends cela avec impatience chaque année. À cela s'ajoute le sensationnel réseau de pistes de ski de fond. Vous pouvez parcourir d'innombrables kilomètres chaque jour et vous découvrez toujours de nouvelles choses. J'aime aussi l'aspect social du travail. Une semaine de ski de fond avec un groupe est ce qui me convient le mieux. On rencontre des gens différents, on fait des expériences et on apprend beaucoup. Peu importe la qualité et l'étendue de la progression d'une personne sur la piste de ski de fond. Vous êtes un skieur bien formé.

Cela ne devient jamais ennuyeux?

Absolument pas. Bien sûr, selon le niveau du groupe, je dois me préparer au circuit. Par exemple, si j'accompagne un groupe de débutants, il vaut vraiment mieux que je porte mes vêtements les plus chauds (rires). À moins 25 degrés Celsius, cela peut être assez désagréable si on ne bouge pas de façon intensive.


Accepter

Nous utilisons des Cookies sur notre site internet. Vous consentez à l'utilisation de ces Cookies lors de votre navigation sur le site. Pour plus de détails, veuillez consulter notre politique de confidentialité.