Hurtigruten

Cher Hurtigruten...

D'abord du scepticisme et puis de l'engouement. Comment l'expliquer ? Qu'est-ce qui rend le bateau postal traditionnel si irrésistible - même pour ceux qui évitent les croisières ? Une lettre d'amour au plus beau voyage en mer du monde.

Franziska Hidber

Rédactrice du magazine Nordland

Le Nord a pris d'assaut le cœur de Franziska Hidber, rédactrice en chef et journaliste du magazine Nordland. Au-dessus du cercle polaire, cette «Lapinhulla» (fan inconditionnelle) se sent chez elle.

Cher Hurtigruten, il est temps de faire une confession....

À l'époque, il y a cinq ans, lors de notre première rencontre à Bergen, j'avais des doutes. Est-ce que ça allait marcher entre nous ? Je devais d'emblée passer 2'500 kilomètres en mer avec toi, à travers les fjords, le long de la côte, jusqu'à Kirkenes. Sept jours et six nuits. Bien sûr, je connaissais ta réputation de "plus beau voyage en mer" du monde, j'avais entendu des récits enthousiastes, vu des photos de ce paysage côtier spectaculaire. Et pourtant. Les images du "bateau de rêve" hantaient mon esprit, je me voyais assis sur le pont pendant des jours interminables à regarder l'eau, des basses tonitruantes dans les oreilles, un sentiment de malaise dans l'estomac.

Mais, cher Hurtigrute, ce n'était pas du tout comme ça. Tout a commencé avec l'ambiance du départ au port de Bergen. Des gens en liesse sur le quai et le long du bastingage se faisaient des signes, les appareils photo cliquaient, une fanfare jouait, et toute l'anticipation débordait sur moi. «Alors, ta première ?», a demandé Axel. C'était déjà la douzième fois que le photographe allemand montait à bord. «Attention !», dit-il en épaulant son appareil photo. «C'est un virus. Hurtigrute un jour, Hurtigrute toujours». Dans quoi m'étais-je embarqué ? Mais il était déjà trop tard.

Je suis monté à bord du MS Finnmarken en Norvège. Au lieu des mondanités, des halligalli, des discothèques et des spectacles bruyants en soirée, c'est un charme nostalgique qui m'attendait, une vue grandiose sur le pont 7, un vent frais sur le bastingage, une cabine confortable avec vue sur l'eau et le ciel. Au lieu d'une robe de soirée et d'un smoking, les invités portaient des coupe-vent robustes et des chaussures à profil. Et au lieu de buffets internationaux sans saveur, l'équipe de cuisine a servi des délices régionaux : Saumon, omble chevalière et morue, purée de pommes de terre incomparable, fromage de chèvre, ragoût de betteraves au beurre et la meilleure confiture de fraises du monde. Axel, l'expert, le savait depuis longtemps : «Il n'y a qu'une seule raison de renoncer aux Hurtigrute - lorsqu'on suit un régime».

 

Pendant que tu parcourais fidèlement, cher Hurtigrute, mille marin après mille marin en direction du nord, j'ai appris à te connaître de mieux en mieux. Et à chaque heure qui passait, je t'aimais de plus en plus. J'aimais ma cabine. C'est génial de jeter un dernier coup d'œil par la fenêtre le soir avant de s'endormir, en sachant que le lendemain, la vue sera encore différente. Se laisser bercer par le sommeil et se réjouir du matin : que va-t-on voir ? La côte, un port, des rochers escarpés, une île, des vagues ou la mer calme ? Jamais auparavant, il n'avait été aussi agréable d'être en route.

J'ai aimé le pont panoramique, où des baies vitrées du sol au plafond permettent d'admirer un décor toujours changeant. Rien ne détend plus que de regarder les villes, les villages et les maisons rouges qui défilent. Sur les îles, les rochers, les oiseaux, les forêts, les collines, les montagnes. Sur les vagues, les embruns. Au-dessus du cercle polaire, les maisons et les arbres se font plus rares, les montagnes de neige plus nombreuses. Blanches et abruptes, elles émergent de l'Atlantique. On se croirait au pays de la reine des glaces, loin du quotidien. C'est précisément pour cette raison que Peter s'offre chaque année un voyage avec toi : «En tant qu'homme d'affaires, je suis occupé à 200 pour cent. Sur l'Hurtigruten, je peux relâcher».

J'ai passé d'innombrables heures sur le pont, le vent dans les cheveux, des traces de sel marin sur les lèvres, entre la mer du Nord et le ciel. J'ai vu le soleil se lever et se coucher, les aurores boréales danser, les étoiles scintiller - plus puissantes que partout ailleurs.

Une fois, juste à côté de ta proue, un petit phoque est apparu et a disparu, comme s'il voulait nous accompagner. Une autre fois, nous avons croisé le MS Richard With illuminé à une heure tardive de la nuit. Ici et là, les gens se tenaient sur le pont, se faisaient des signes et trinquaient, une formation de jazz résonnait, vous vous êtes klaxonnés, et au milieu de ce décor bien au-dessus du cercle polaire, des flocons de neige tombaient dans l'eau noire. Le ciel, la mer, deux bateaux. Cher Hurtigrute, je n'oublierai jamais ce moment.

Et tout le reste non plus. Car le cliché du bateau de rêve et toi, vous n'avez rien en commun. Car toi, depuis 1893, tu as une mission à remplir : transporter des personnes et des marchandises d'un point A à un point B. Presque chaque jour, l'un des douze bateaux de ta flotte prend la mer à Bergen et fait l'aller-retour jusqu'à Kirkenes en douze jours, soit un total de 2'510 miles nautiques, 4'649 kilomètres. Tu t'arrêtes dans plus de 30 ports - c'est mieux que n'importe quel cinéma. Ton gros ventre s'ouvre, des voitures en sortent, des gens tombent dans les bras les uns des autres. Des agriculteurs, des pêcheurs et des jardiniers livrent leurs marchandises. Les gens montent à bord, des clients du monde entier, mais aussi des Norvégiens. Par exemple Jø. En tant que pêcheur, il fait la navette entre Tromsø et Kirkenes : «C'est fou ! Pour moi, c'était mon trajet pour aller travailler. Jusqu'à ce que je voie pour la première fois des touristes devenir fous à la vue de notre côte. Depuis, je vois mon pays d'un autre œil».

 

Cher Hurtigruten, tu as réussi ta surprise. Je te trouve plus beau que jamais.

«Je reviendrai», a affirmé Axel lorsque j'ai dû me séparer de toi pour la première fois à Kirkenes. Sous un ciel d'un bleu profond, entre les collines de neige. Il avait raison. Notre histoire d'amour est loin d'être terminée.

Hurtigrute un jour, Hurtigruen toujours.

Ta passagère

Accepter

Nous utilisons des Cookies sur notre site internet. Vous consentez à l'utilisation de ces Cookies lors de votre navigation sur le site. Pour plus de détails, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

nach oben