26.12.18-20.01.19

Au royaume des manchots

Voir une fois dans sa vie des œufs de manchots éclore: c'est ce qui attend peut-être nos clients Kontiki lors de ce voyage à bord du MV Fram, du 26.12.2018 au 20.01.2019. Il les emmènera entre autre vers d'innombrables colonies de manchots royaux en Géorgie du Sud. La traversée depuis les îles Falkland dure environ deux jours et demi, mais cela en vaut la peine, car ces îles ne sont pas seulement un paradis pour les amateurs de pingouins. A côté des 400'000 manchots royaux qui y vivent, on y trouve aussi de nombreux éléphants de mer, phoques de Weddell et phoques crabier. D'autres incontournables sont la péninsule antarctique et les îles Falkland, habitat riche en oiseaux.

Notre experte en manchot Simone Schweizer raconte sur notre blog ses impressions durant le voyage.

Cimetière de la Recoleta

Jour 1 / 27.12.2018

Après notre arrivée à Buenos Aires, la capitale de l'Argentine, nous faisons un tour de ville avec la guide locale Gisela. L'un des arrêts est le quartier riche de La Recoleta et son célèbre cimetière, rustique et beau à la fois,  et habité par plusieurs chats errants à moitié sauvages. À la fin du XIXe siècle, un architecte italien transforme le cimetière en bâtiment néoclassique et de magnifiques mausolées des riches de la ville y sont bientôt érigés. Près de 55'000 mètres carrés abritent environ 4'800 tombes, dont celle de la famille Duarte, où repose la regrettée Evita, également connue sous le nom d'Eva Perón, épouse présidentielle.


Soirée avec le bonjour des dauphins

Jour 2 / 28.12.2018

Après le dîner, l'ambiance est merveilleuse. Le soleil a commencé à se coucher derrière l'horizon et éclaire le paysage avec ses montagnes et ses nombreuses îles dans une lumière fantastique. Nous passons par le canal Beagle, qui nous mène d'Ushuaia vers l'océan Atlantique. A travers les haut-parleurs, nous entendons une alerte nous informant qu'un dauphin a été repéré à côté du MV Fram. Et aussitôt: le dauphin nage à tribord du bateau et saute à travers les vagues générées par le bateau. Je le surveille un moment. Un accueil chaleureux au début de notre expédition ici, au bout du monde.


Trouver la bonne taille

Jour 3 / 29.12.2018

Ce n'est pas si facile de trouver la bonne taille pour ces bottes en caoutchouc. Mais en ce jour de traversée maritime vers les îles Falkland, nous avons le temps. Il est préférable de les essayer d'abord avec une paire de chaussettes, puis de rajouter une autre paire de chaussettes de laine épaisse en-dessus. Les bottes doivent être confortables car elles seront nos fidèles compagnons lors des débarquements en Géorgie du Sud et en Antarctique. Elles sont même obligatoires et sont désinfectées entre les débarquements. Il s'agit d'empêcher l'introduction d'espèces étrangères.


Une danse?

Jour 4 / 30.12.2018

Nous sommes juste à côté d'une colonie d'albatros à sourcils noirs qui partagent patiemment leur espace ici à Westpoint dans les îles Falkland avec les Gorfous sauteurs. Bien que la plupart des albatros à sourcils noirs s'occupent déjà de leurs poussins, il y en a quelques-uns qui sont encore au milieu de la cour et courtisent leur partenaire. On peut les voir en train de lever la tête, de croiser le bec et de se pavaner les uns autour des autres lentement sur les rochers.


De l'action à la plage

Jour 5 / 31.12.2018

Sur la plage Leopard de l'île Carcass, nous observons les manchots de Magellan et leurs poussins qui sont sur le point de s'envoler. Au bout de la plage de sable, il y a soudain un désordre sauvage et plusieurs dizaines de manchots courent du rivage vers les dunes. En prenant les jumelles, on aperçoit un énorme lion de mer se courber le long du rivage, il se jette dans l'eau puis ressort sa tête à la surface. Il semble surveiller la colonie de manchots. Heureusement, nous ne savons pas aujourd'hui s'il en mangera un.


Une visite fantastique

Jour 6 / 01.01.2019

Le petit mais sympathique musée du chantier naval historique de Stanley ne semble pas très impressionnant au premier abord. Et pourtant, il faut prévoir suffisamment de temps, car chaque petit recoin est utilisé pour raconter la vie des Falkländer. Le musée montre l'histoire mouvementée des îles, illustre la vie quotidienne de leurs habitants et explique la guerre des Malouines de 1982 d'une manière mémorable à travers des histoires personnelles. Le diorama du deuxième étage, qui met en scène le monde animal local, est également spécial. À l'extérieur, dans la cour, encadrée par les chalets de l'ancien chantier naval, vous trouverez des ancres, des hélices et un petit café.


Qui tourne autour de notre vaisseau ?

Jour 7 / 02.01.2019

Le soir sur le pont, je regarde les procellariidés et les albatros à sourcils noirs faire leur ronde autour du MV Fram. Mais en photographiant, je remarque que l'un des oiseaux ne semble pas seulement plus grand, mais a aussi un dessin différent. J'essaie de prendre autant de photos de son plumage afin de les montrer à l'équipe expérimentée de l'expédition. Ils confirment aussi mon hypothèse. En fait, il s'agit d'un jeune albatros errant, dont le plumage changera considérablement jusqu'à ce qu'il atteigne une dizaine d'années, lorsqu'il sera sexuellement mature. Il vaut donc la peine d'y jeter un coup d'œil pour découvrir le plus grand oiseau volant d'une envergure allant jusqu'à 3,5 mètres.


Entouré de baleines à bosse

Jour 8 / 03.01.2019

Pendant la conférence sur Ernest Shackleton, on entend soudain l'appel "Breaching Whale! À mi-chemin vers l'horizon, une baleine à bosse saute hors de l'eau, encore et encore. Après cinq minutes, la conférence continue, mais pas pour longtemps. Un peu plus tard, on nous annonce que nous serons bientôt entourés d'un grand groupe de baleines. Tout le monde bondit de sa chaise et, peu de temps après, nous nous retrouvons avec des vestes et des caméras sur les ponts extérieurs. Ça souffle tout autour de nous, juste à côté du bateau, nous pouvons voir les bulles d'une centaine de baleines à bosse. À gauche, l'une plonge et nous montre ses nageoires, à droite, une autre s'écrase sur la surface de l'eau avec ses nageoires pectorales et à gauche, une autre apparaît si près que l'on peut voir les bernacles sur sa mâchoire. Nous nous émerveillons et profitons de ce paysage incroyable pendant une demi-heure avant que le capitaine ne mette le cap sur la Géorgie du Sud.


Ne pas déranger

Jour 9 / 04.01.2019

Aussi inertes soient-ils, il ne faut pas s'approcher trop près des éléphants de mer en Géorgie du Sud à cette période de l'année. La saison des amours étant terminée, ces géants ont passé un peu de temps dans la mer pour se rassasier. Maintenant, ils sont revenus à terre pour changer de pelage comme chaque année. Pendant environ quarante jours, ils jeûnent. Cela ne signifie pas seulement qu'ils ont faim, mais aussi que leur corps entier les démange. Cela explique pourquoi ces colosses peuvent parfois être de mauvaise humeur malgré leur apparence douilette. Mais nous le savons tous, n'est-ce pas?


Surprise

Jour 10 / 05.01.2019

Les petits des otaries à fourrure sont laissés seuls alors que leurs mères partent chercher à manger en mer pour produire assez de lait pour nourrir leurs progénitures. Nous rencontrons donc beaucoup de petits affamés qui nous regardent avec leurs grands yeux ronds et crient fort. Certains d'entre eux s'amusent entre eux ou imitent l'otarie adulte dans des combats ludiques. D'autres glissent de plus en plus près de nous et nous devons essayer de garder la distance minimale de cinq mètres. Un petit très curieux essaie d'inspecter courageusement notre équipement de près.


Parmi les rois

Jour 11 / 06.01.2019

Si vous avez la chance de voir de près une colonie de manchots royaux, cela vous bouleversera. Habituellement, des milliers, des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de manchots se rassemblent pour la reproduction. Comme la reproduction et le temps d'adaptation des petits prennent plus d'un an, les manchots se trouvent à différentes phases du cycle de reproduction. Ceux qui couvent se reconnaissent à leur posture légèrement accroupie et à leur "ventre épais", lorsqu'ils couvent l'œuf sous un pli au-dessus de leurs pattes. Entre les deux, il y en a qui ont des petits nouvellement éclos, d'autres s'inquiètent pour les jeunes qui sont presque aussi gros que les parents eux-mêmes. Au bord de la colonie, vous pouvez aussi voir les rois courtiser leurs reines.


La Géorgie du Sud et son histoire de la chasse à la baleine

Jour 12 / 07.01.2019

Le petit musée de Grytviken propose une courte visite guidée qui vous fera frissonner. Nous marchons à côté de gigantesques marmites qui pouvaient contenir environ 24 tonnes de graisse. Le long du bateau de pêche Petrel et son harpon impressionnant, nous en apprenons beaucoup sur cette station baleinière qui fut active de 1904 à 1962. Pendant les périodes les plus productives, une baleine de 20 m de long était dépecée en vingt minutes et 25 baleines par jour pouvaient être traitées de cette façon. L'époque où l'huile de baleine était utilisée comme source de lumière fut révolue au XXe siècle. L'huile de baleine de première classe était trouvée dans le monde entier dans la margarine ou les soupes, l'huile de seconde classe dans les cosmétiques, et l'huile de troisième classe était utilisée dans l'industrie. Les populations mondiales de baleines souffrent encore des conséquences de cette période.


Le côté abrupte de la Géorgie du Sud

Jour 13 / 08.01.2019

Dans le fjord de Drygalski, au sud-est de la Géorgie du Sud, le vent siffle dans nos oreilles. C'est si fort que la plupart des gens choisissent d'admirer le paysage spectaculaire depuis le restaurant ou le lounge panoramique. Dehors sur le pont pour prendre des photos, je me penche, le vent m'envoie de la pluie verglaçante sur le visage à une vitesse pouvant atteindre quatre-vingts kilomètres à l'heure. Maintenant ça devient inconfortable et le capitaine décide aussi de faire demi-tour. L'impression montre que Dame nature décide quoi qu'il en soit.


Cours en pleine mer

Jour 14 / 09.01.2019

Il y a aussi beaucoup à faire les jours en mer, car l'équipe d'expédition offre un large éventail de possibilités éducatives. Par exemple, vous pouvez vous renseigner auprès des Californiens, Karen et Wayne, sur les baleines et les phoques de l'océan Sud, ou écouter avec enthousiasme Stian, le guide norvégien d'activités, qui raconte ses explorations. Dans le coin des sciences, vous pouvez aussi vous émerveiller devant le krill vivant qui s'est pris dans notre filtre à eau. Les biologistes aiment nous montrer leurs yeux à facettes sous le microscope.


Ce n'est pas tout à fait comme à la maison

Jour 15 / 10.01.2019

Pour ceux qui ne connaissent pas Ernest Shackleton: il est l'un des grands de l'histoire de la découverte de l'Antarctique. Non pas parce qu'il a toujours atteint son but, mais parce qu'il osait parfois revenir sauver ses hommes. Au cours d'un ambitieux périple de découvertes, son navire "Endurance" coule dans les glaces en 1916. L'équipage tenta une sauvetage sur trois petits bateaux en bois, puis s'échoua à Point Wild sur Elephant Island. De là, Shackleton s'est lancé dans une quête épique pour obtenir de l'aide, revenant finalement les secourir après quatre mois. Pendant ce temps, les 22 hommes laissés sur place se sont abrités sous les bateaux et se sont nourris de phoques et de manchots. Aujourd'hui, nous avons eu la chance d'arriver à Point Wild, mais il est presque impossible d'imaginer ce que les hommes ont vécu dans cet endroit inhospitalier.


Voici ce que sentent 200'000 manchots

Jour 16 / 11.01.2019

Déjà dans le couloir du pont 5, vous pouvez sentir l'odeur lorsque la porte du pont extérieur s'ouvre brièvement. Au milieu de la colonie de reproduction de l'île Paulet, il n'y a pas d'échappatoire. L'odeur nauséabonde des quelques 200'000 manchots Adélie nous arrive au nez et ne s'en va pas de si tôt. Mais le paysage est incroyable et personne ne rentre si rapidement vers le bateau. Les manchots se fraient un chemin entre la mer et l'endroit d'éclosion, restent curieux devant nous, puis sautent sur les pierres pour trouver leur partenaire ou leur poussin dans la foule. Quelques jours plus tard, nos vestes sentent encore le krill digéré, mais cela ne fait que rappeler de bons souvenirs.


Le léopard de mer

Jour 17 / 12.01.2019

Sur l'île Déception, nous approchons d'une caldeira d'un système volcanique encore actif. Le léopard de mer est un prédateur redoutable avec une longueur corporelle d'un peu moins de trois mètres, une tête disproportionnellement grosse et un motif de léopard pointillé sur le ventre. En tant qu'opportuniste, du krill, du poisson et des manchots aux jeunes phoques d'autres espèces, tout fait office de nourriture entre ses énormes canines. On dit aussi qu'ils peuvent mordre des zodiaques. Cependant, les deux léopards de mer devant nous sont confortablement allongés dans le sable volcanique sombre, s'étirent ici et là et bâillent avec plaisir.


Quelle journée!

Jour 18 / 13.01.2019

Le matin, nous avons escaladé la montagne enneigée du port de l'Orne, sur le continent antarctique, à une centaine de mètres d'altitude jusqu'à une petite colonie de manchots. D'ici, on avait non seulement une bonne vue sur les routes qu'ils empruntent et monte de la mer, mais aussi sur nos kayakistes qui pagayaient à côté des icebergs. Réchauffés par les rayons du soleil, nous sommes montés sur l'île Danco jusqu'à une colonie de manchots papou dans l'après-midi. De retour à la plage de galets en contrebas, certains d'entre nous ont décidé de sauter dans l'eau froide. À environ deux degrés, la température de l'eau ne permet pas une longue baignade. De retour à bord, un barbecue nous attendait sur le pont extérieur avant que les chanceux, tirés à la loterie, ne redescendent à terre pour une aventure inoubliable en camping.


Carte postale de l'Antarctique

Jour 19 / 14.01.2019

La base britannique Port Lockroy a été établie en 1944 lors d'une mission secrète pour être présente en permanence en Antarctique. Dans les années 1990, Bransfield House a été restaurée avec amour et aujourd'hui, vous pouvez vous promener dans ses pièces et remonter dans les années 50. Pendant les quatre mois de la saison estivale, cinq employés vivent dans un Pod solaire moderne qui donne des informations aux visiteurs de l'île et gère la petite boutique, le musée et le bureau de poste le plus au sud du monde. Ils partagent l'île avec 1'500 manchots papou, de la taille d'un terrain de football.


Un monde de glace

Jour 20 / 15.01.2019

Les débarquements ne sont malheureusement pas possibles avec la quantité de glace qui dérive et pourtant personne n'est particulièrement déçu. Le paysage autour de nous est trop beau, trop paisible. Nous observons les manchots, dont la plupart s'arrêtent d'abord courageusement sur leurs icebergs, pour ensuite sautent la tête la première. Ici et là, il y a des phoques, surtout des phoques crabiers, entre un léopard de mer ou un phoque de Weddell. Le capitaine choisit soigneusement notre chemin à travers les icebergs et les montagnes et nous sommes contents de profiter de ce paysage unique pendant des heures.


Jolie compagnie

Jour 21 / 16.01.2019

Les oiseaux de mer nous accompagnent également sur le passage de Drake. Cette fois-ci quelques albatros fuligineux, avec leurs deux mètres de long, plus petits que la race habituelle. En vol plané, ils sont si efficaces qu'ils peuvent parcourir plusieurs milliers de kilomètres avec l'aide du vent, sans battre des ailes une seule fois. On dit même qu'un albatros fuligineux dépense moins d'énergie en vol que lorsqu'il est assis sur un nid.


Le calme après la tempête

Jour 22/ 17.01.2019

Après deux jours de mer plutôt agitée, avec une tempête aujourd'hui, la plupart d'entre nous sont heureux de revoir la terre ferme. Nous avons passé le redouté passage de Drake et après avoir passé le Cap Horn, les vagues se calment rapidement. Heureusement, la tempête n'a pas été aussi violente que prévue, mais avec des rafales pouvant atteindre 25 mètres par seconde, qui a bien secoué le navire. La salle de conférence et le restaurant étaient un peu vides, car beaucoup avaient décidé de s'allonger. D'autres, par contre, étaient heureux, car sans une petite tempête dans le passage de Drake, l'expérience du voyage n'aurait pas été complète.


Au revoir le Fram

Jour 23 / 18.01.2019

Pendant 21 jours, le MS Fram nous a emmenés dans les plus beaux endroits de l'océan du Sud, a parcouru environ 7'400 kilomètres de/à Ushuaia. L'équipe à bord nous a emmenés dans des endroits qui ne sont accessibles qu'à quelques personnes. Des lieux encore dominés par le monde animal et les éléments. A 7 heures du matin, nous sommes prêts pour le débarquement au port d'Ushuaia. Maintenant nous ne pouvons que nous réjouir de nos merveilleux moments passés sur le MS Fram.

(Kopie 1)

Commentaires

Accepter

Nous utilisons des Cookies sur notre site internet. Vous consentez à l'utilisation de ces Cookies lors de votre navigation sur le site. Pour plus de détails, veuillez consulter notre politique de confidentialité.